La date de consommation

3 déc. 2020, Insidepar Diane Fastrez

Agricool, c’est des fruits et légumes frais, sans pesticides et cultivés en ville, à moins de 15km de leur lieu de consommation.

En savoir plus

Sur chaque produit que vous trouvez en magasin, vous pouvez y voir une date. A l’origine, elle est censée vous permettre de connaître la fraîcheur du produit, et de savoir jusqu’à quand vous pouvez le conserver. Simple ? Oui. Sauf qu’il existe en fait une floppée d’acronymes différents (et d’incompréhensions). DLUO, DLC, DDM, DCR… Il y a de quoi s’y perdre. Un Français sur deux ne serait d’ailleurs pas au clair sur le sujet. Voilà justement un article pour tout vous expliquer.

Les différentes terminologies

Il existe aujourd’hui principalement deux types de dates de consommation. Elles sont spécifiques à la France. Too Good to Go en a d’ailleurs fait une série d’articles super intéressants, à retrouver par ici. Et sinon, voilà un résumé des informations principales :

  • A consommer de préférence avant le/fin” (c’est la “Date de Durabilité Minimale” ou DDM, et anciennement “Date Limite d’Utilisation Optimale” pour DLUO). Cette date est indicative et vous explique à partir de quand le produit peut perdre en qualité (sans pour autant représenter un risque pour votre santé). On la trouve par exemple sur les emballages des produits secs.
  • “A consommer jusqu’au” (c’est la “Date Limite de Consommation” ou DLC pour l’acronyme). Plus concrètement, c’est une date sanitaire après laquelle les produits peuvent représenter un risque pour la santé. On la trouve généralement plutôt sur des produits frais (viande, poisson, yaourts, etc…). 

Le cas des fruits et légumes

Pour les fruits et légumes, il y a une petite exception. De manière générale, contrairement aux autres produits “frais”, c’est plutôt la DDM qui est utilisée. En effet, dans la plupart des cas, on peut conserver ses fruits et légumes plus longtemps sans prendre de risque au niveau sanitaire. Cela implique juste une adaptation au niveau de la consommation et un ajustement des recettes choisies (confiture, soupe, etc…). C’est donc plutôt une date indicative qui est affichée. 

Sauf que, la plupart de ces produits étant vendus en vrac, la date est au final assez peu souvent présente. En revanche, sur les herbes aromatiques et salades en sachet, elle y est obligatoirement. C’est sur ce point que l’on va se concentrer.

Notre vision sur le sujet

Au tout début, quand on a pensé nos premières barquettes, on voulait maximiser la transparence. Du coup nous avions opté pour un format différent, qui était d’afficher directement la date de récolte. Cela vous permettait de savoir quand nos produits avaient été réellement cueillis, et d’en évaluer plus facilement la fraîcheur. 

Malheureusement, ce choix pouvait porter à confusion. Pour vous, la différence entre date de récolte et de consommation n’était pas assez claire et compréhensible. Pour nos chefs de rayon partenaires, pour qui l’affichage de plusieurs dates différentes pouvaient créer une confusion lors de la mise en rayon. Nous sommes donc revenus sur ce choix. 

Depuis quelques semaines, la date que vous retrouverez sur nos barquettes est donc la Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO ou DDM). Voilà d’ailleurs un aperçu sur la photo ci-dessous. 

Pour des raisons de simplification des messages, nous avons donc ajusté nos étiquettes. Nous restons cependant convaincus que pour privilégier la transparence sur la traçabilité, il serait intéressant d’aller un peu plus loin. Il existe dans d’autres domaines, des systèmes qui permettent de suivre exactement le parcours du produit, sa date de récolte, temps de transports, etc…

Qui sait, peut être qu’un jour nous pourrons mettre en place un fonctionnement de ce type. En attendant, n’hésitez pas à nous écrire si vous avez des questions. Nous serons ravis de vous répondre.

Le mouvement

Comme des milliers d’autres, vous agissez déjà au quotidien pour mieux manger ? Partagez vos inspirations & solutions avec la communauté.

Rejoignez-nous

Une newsletter par mois pour décortiquer cet enjeu du mieux manger en ville. Bref, de quoi réfléchir, agir, avancer ensemble.